Association Yvoir
Association Yvoir

Gérard Muller, Non-voyant et membre de la Société des explorateurs français

La vie est une aventure !

Source : Sud Ouest

La vie ne se vit pas entre 4 murs ! Mais malheureusement c'est ce que trop d'aveugles et malvoyants ont tendance à faire. Suivant les traces de mon compère disparu, Jean Kuhn, j'ai toujours essayé de prouver que la cécité n'est pas une fatalité, pas un frein, et j'ai eu le bonheur de participer à quelques belles aventures.

2011 : Le chemin de Saint Jacques de Compostelle en autonomie

En juillet 2011, je partais pour une longue aventure de 1700 km, pour réaliser pour la première fois le chemin de Saint Jacques de Compostelle en autonomie. L'autonomie a été complète sur les 750 premiers km du parcours, grâce à un GPS adapté aux non-voyants qui n'était qu'un prototype. Mis au point par le Professeur René Farcy de l'Université Paris Orsay, celui-ci soulevait mon enthousiasme, et suscitait en moi l'espoir qu'un jour il puisse améliorer les déplacements des personnes aveugles.

 

Bien sûr, comme pour toute aventure qui n'avait jamais été réalisée auparavant, je partais avec une certaine appréhension. Mais une fois sur les chemins qu'avait numérisés pour moi la Fédération française de randonnée pédestre, le plaisir, la sensation de redécouverte de la liberté furent incommensurables.

 

Depuis, ce GPS a fait son chemin et est devenu une application encore en cours d'élaboration, mais certains jeunes membres d'Yvoir et de Vue (d'E)nsemble ont pu vivre grâce à lui d'autres belles aventures qui leur auraient été inaccessibles. Clément Gass, vice président d'Yvoir est ainsi devenu le premier non-voyant à réaliser des trails en toute autonomie. C'est là la plus belle des récompenses : avoir contribué à faire tomber certaines barrières psychologiques qui enferment encore trop de déficients visuels chez eux.

 

Toute cette aventure a donné lieu à un documentaire : " un défi sans les yeux " de Denis Roy, qui a été diffusé sur France 3. Vous pouvez retrouver ce DVD ici.

 

Cette aventure m'a valu le titre d'Alsacien de l'année en 2011.

 2008 : Paris Pékin sans y voir,     2012 : Pékin Londres en tandem

En 2008 je partais avec 105 autres cyclistes pour un périple de 12000 km à travers 12 pays européens et asiatiques. Piloté par mon ami Michel Gabart, nous nous élancçions du pied de la tour Eiffel.

Cette aventure extraordinaire, organisée par la Fédération française de cyclotourisme, a été pour moi l'occasion de démontrer une chose importante : la capacité qu'a une personne handicapée de s'inscrire dans les mêmes événements importants que les valides et le vélo s'y prête particulièrement bien.

 

Le vélo a toujours été ma passion, mais j'avais failli l'abandonner en perdant la vue, comme le font de trop nombreuses personnes devenant aveugles. Mais grâce à mon entourage qui m'a tant soutenu, je m'y suis remis, j'ai accepté de monter sur un tandem et cela a été une révélation ! le début d'une nouvelle vie. J'ai appelé cela ma "vélothérapie". Une thérapie particulièrement efficace, que je souhaite partager, notamment lors de mes voyages au Burkina Faso en partenariat avec l'association "Vélos pour le Faso".

 

Déjà, lors de ces défis, nous profitions des jours de repos pour réaliser de multiples rencontres, notamment pour raconter la réalité du quotidien d'un aveugle dans les écoles, et pour créer des liens entre les écoles.

                 2017 : Un défi père-fils,        le défi Baïkal !

En février 2017, je repars vers de nouvelles aventures. Accompagné de 6 jeunes déficients visuels et/ou auditifs membres de l'association Vue (d')Ensemble, nous partons sur le Lac Baïkal pour une expédition hors du commun.

 

C défi me tient particulièrement à coeur puisque le guide ne sera autre que mon fils ainé, Pierre Muller, guide et médecin urgentiste, lui-même membre de la Société des Explorateurs français.

 

Accompagnés notamment par des salariés d'entreprises, l'objectif principal de cette expédition sera de changer le regard sur le handicap, encore trop souvent misérabiliste pour favoriser l'emploi des personnes handicapées. Nous chercherons également à communiquer autour du syndrome de Usher dont souffre l'une des participantes, née sourde et qui perd petit à petit la vue. Plongée dans les conditions climatiques extrêmes, l'équipe devra savoir se surpasser, et résister au froid, aux vents violents pour parcourir une centaine de kilomètres sur le lac gelé.

 

Pour en savoir plus : www.defibaikal-vde.com

 

Si votre entreprise souhaite soutenir ce projet, vous êtes journaliste ou pour tout renseignement : nlinder.vuedensemble@gmail.com

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Yvoir