Association Yvoir
Association Yvoir

Yvoir au Burkina

L'association Yvoir, est largement impliquée dans diverses actions au Burkina Faso. 

 

Si je suis présent dans ce pays, c’est grâce à François Orsat et à l’association qu’il préside « vélos pour le Faso ». Avec François, nous avons organisé la première course handisport en tandem, d’Afrique occidentale, « L’Etoile de Ouaga ». En partenariat avec « l’Union cycliste internationale » (UCI), cette course devrait avoir lieu chaque année.

 

Le sport est un excellent outil pour permettre aux aveugles de mieux s’accepter et mieux s’aimer. Par ailleurs, mes différents séjours au Burkina m’ont fait découvrir la difficile réalité de la cécité en Afrique. La faim, le manque d’hygiène sont des facteurs aggravants. Nous avons d’abord du y gérer les urgences. En partenariat avec l’association Burkinabé pour les aveugles et malvoyants  (ABPAM), j’y ai développé la locomotion en l’adaptant à la réalité africaine.

Grâce à nos associations, nous avons pu faire opérer un certain nombre de personnes de la cataracte. Nous nous sommes beaucoup impliqués en particulier pour Oumar, qui a bénéficié d’une greffe de la cornée, ce qui lui a permis de retrouver en partie la vue.

 

Toute cette histoire a été mise en images dans le film, « Kombissiri » réalisé par René Letzgus (Star Production). Le talent de ce dernier et celui de son équipe a fait que ce film a été retenu en tant que film d’ouverture au festival de Cannes dans la catégorie « Cannes cinéphiles ».

Le synopsys

Au coeur du film, Gérard Muller, atteint de cécité dans la force de l’âge, qui à force d’énergie et de générosité nous apprend à voir autrement.


Dans notre histoire, le Burkina et l’Etoile de Ouaga, épreuve cycliste, servent de toile de fond à des rencontres sportives et humaines. Des destins se croisent et s’entrecroisent avec une seule motivation : voir au-delà des préjugés. Si Gérard est la pierre angulaire de notre récit auquel il impulse une énergie hors du commun, un rencontre inattendue, celle d’Omar, petit Burkinabé aveugle, donnera au film une teinte particulière.


Parti à Kombissiri pour combattre l’isolement social, Gérard se trouvera alors embarqué dans une nouvelle aventure humaine : orchestrer, avec la complicité d’une petite école française, l’opération d’Oumar à l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris.

 

Le jeune Oumar, opéré de la cornée à l'hôpital des 15 20 à Paris et ses parents à Koulpélé (Burkina)
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Yvoir