Association Yvoir
Association Yvoir

Je me présente

              Gérard Muller, 68 ans,              Président d'Yvoir

 

Gérard Muller, Ambassadeur de l'Institut de la Vision, Paris, Membre de la Société des Explorateurs Français

 

Je suis aveugle depuis plus de 20 ans, atteint depuis ma naissance de la rétinite pigmentaire. Cette maladie a évolué lentement, au stade actuel je ne vois plus que quelques ombres ou contours lorsque le sujet est bien éclairé. Il m'importe de préciser mes activités par domaine :

 

Le Sport

 

Ne souhaitant pas m'enfermer dans une bulle d'handicapé, j'essaie d'être actif en pratiquant du sport. C'est ainsi que je m'entraine :

- Au ski de fond et ski alpin, avec un pilote muni d'un micro/haut-parleur qui me précède.

- Pour ma pratique du vélo, j'ai un important réseau de pilotes. C'est ainsi que dans la région de Mulhouse (Sud de l'Alsace) avec Dominique KOHLER et autres amis nous pratiquons du VTT dans le massif vosgien en tandem. Je fais également partie de l'A.S.E.S. (Association Sportive de Electricité de Strasbourg), affiliée à la F.F.C.T. (Fédération Française de Cyclotourisme) où avec Bernard MEYER nous pratiquons le cyclotourisme en tandem.

J'ai ainsi créé un véritable réseau basé sur le sport cycliste. Ce réseau est important dans la relation aidant/aidé. En effet si l'un de mes pilotes n'est pas disponible, le réseau me permet de m'adresser à quelqu'un d'autre, ce qui permet en toute sérénité au pilote de dire non et atténue la notion de dépendance. En effet il faut que la relation aidant/aidé soit une relation de plaisir et non une relation de contrainte.

- Marche en moyenne et haute montagne avec un guide, etc.

 

Le sport est important pour le physique et le psychique :

-la conséquence de ma cécité est une sédentarisation plus importante, avec ses inconvénients. Il me faut donc bouger et pratiquer un sport.

 

La conséquence du handicap est également une désociabilisation et une image dévalorisante de soi-même. La pratique sportive remédie à ces effets négatifs et permet une meilleure estime de soi.

 

La Vie professionnelle

 

J'ai été pharmacien en Alsace, à Merkwiller-Pechelbronn. J'ai arrêté mon activité professionnelle de pharmacien en 2002.

 

Par rapport à mon handicap, le contact avec les patients était parfois rendu difficile tant que je n'acceptais pas mon handicap. Il a changé du tout au tout quand finalement j'ai pu en parler parce que je l'avais accepté.

 

La Vie familiale

 

Je tiens ici à remercier particulièrement mon épouse Anny pour son soutien et sa compréhension ainsi que mes enfants et petits-enfants. Ils m'aident à assumer mon handicap dans ma vie quotidienne mais aussi lors d'épreuves comme Paris-Pékin à Vélo qui a mis nos résistances à rude épreuve. Mon épouse. Anny a été un soutien indéfectible durant la période difficile de l'acceptation lorsque j'ai totalement perdu la vue il y a 20 ans.

 

Une rencontre décisive

 

En 1993 je rencontre, Jean KUHN atteint comme moi de rétinite pigmentaire. Il était déjà aveugle en ce temps, et m'a par son rayonnement, son enthousiasme et sa joie de vivre donné une autre image du handicap et un autre ressenti de moi-même. Jean Kuhn a brutalement disparu le 6 mai 2001. Mais son action continue. Il m'a transmis le goût de l'engagement que vous découvrirez tout au long de ce site. Engagement qui pour moi a aussi été une thérapie, me donnant même le goût de l'aventure, alors que je risquais fort, comme nombre de non-voyants de tomber dans l'enfermement et l'isolement.

 

Mon activité aujourd'hui

 

Outre les activités au Burkina Faso, au Brésil, en Guyane, etc, je poursuis actuellement plusieurs objectifs : la promotion de la locomotion, grâce aux nouvelles technologies notamment, la promotion du film Kombissiri qui sera, je l'espère de tout mon coeur, un levier pour collecter des fonds pour faire opérer toujours plus de personnes au Burkina Faso, (cf : bouton sur le côté gauche de cette page), et à faire connaître tous les progrès réalisés par la recherche ophtalmologique et en particulier à l'Institut de la Vision à Paris. Je coache aussi les jeunes afin de les soutenir dans leur insertion, en particulier professionnelle. Je donne aussi régulièrment des conférences sur différents thèmes liés au handicap visuel, tels que le sport, l'insertion professionnel, le déni, etc.

 

Yvoir s'est beaucoup rapprochée des associations Vue (d')Ensemble et Vue du coeur, de jeunes associations,dynamiques que j'affectionne particulièrement. L'échange avec ces associations est raffraichissant, elles grouillent de nouvelles idées pour changer l'image du handicap, et j'essaie de leur apoorter mes années d'expérience.

 

L'engagement associatif a toujours été pour moi un échange :  j'essaie de faire profiter les autres personnes aveugles de toute mon énergie, mais en échange, le fait de m'être de nouveau senti utile a également facilité l'acceptation de mon handicap.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Yvoir